Accueil du site > Politique > Sénégal, programmes et atouts des deux candidats à l’élection présidentielle

Sénégal, programmes et atouts des deux candidats à l’élection présidentielle

jeudi 22 mars 2012


Dimanche 25 mars, les Sénégalais vont élire leur nouveau président de la République.

Les deux candidats, Abdoulaye Wade et Macky Sall, sont des libéraux. Leurs programmes politiques ne sont pas sensiblement différents et revanche, ils n’ont pas les mêmes atouts à la veille de l’élection.

Le programme de Macky Sall

Il est construit autour de deux grands axes. Le premier concerne la bonne gouvernance. Dénonçant frontalement la manière dont Abdoulaye Wade a exercé le pouvoir, Macky Sall s’engage à promouvoir les talents et les compétences au sein de son équipe. « Nous mettrons une dream-team. Toutes les compétences scientifiques et culturelles sont là pour faire décoller le Sénégal. Nous allons le faire pour bâtir une démocratie moderne », a-t-il encore déclaré lors d’un meeting àThies, mercredi 21 mars. Sa première mesure, une fois élu, sera de lancer un audit complet des comptes publics.

Le deuxième axe de son programme est social. Il s’est adressé en particulier aux plus modestes. La mesure la plus populaire qu’il a annoncée est la baisse du prix des denrées de première nécessité. Il n’a pas oublié les jeunes : il promet de créer 500 000 emplois.

Le programme d’Abdulaye Wade

Le président sortant défend son bilan, en montrant combien le Sénégal a changé depuis son arrivée au pouvoir, en 2000. Il insiste sur le développement des infrastructures (construction de routes et d’autoroutes, modernisation du port de Dakar), la multiplication des écoles (40 % du budget national serait consacré à l’éducation, affirme-t-il). Sur cette lancée, Wade assure qu’il lui faudrait trois années supplémentaires pour achever des projets, tels que l’aéroport international de Diass et la construction d’une zone économique moderne autour de l’aéroport.

Les atouts de Macky Sall

Il a su unifier l’opposition derrière lui. Les 12 candidats éliminés au premier tour de l’élection présidentielle du 26 février ont tous appelé à voter pour lui. Ce qui lui fait, en principe, une grande réserve de voix pour le second tour.

Par ailleurs, il a conduit une vraie campagne de terrain. Depuis 2008 et la création de son parti, l’Alliance pour la République (APR), il a sillonné tous le Sénégal, montrant sa résolution et son ambition.

Les atouts d’Abdoulaye Wade

Son âge. Pour beaucoup de Sénégalais, le grand âge d’Abdoulaye Wade (85 ans) n’est pas un obstacle, mais un avantage. C’est le gage d’un savoir et d’une grande expérience. Cela rassure. Ce qui n’est pas le cas de son adversaire, âgé de 50 ans.

Par ailleurs, Abdoulaye Wade compte sur les « porteurs de voix ». Ils sont très importants dans le tissu social sénégalais. Le porteur de voix est un notable, une personnalité locale qui en échange des services qu’il rend, demande à ses obligés de voter pour le candidat qu’il désigne. L’opposition accuse Abdoulaye Wade d’acheter le vote des porteurs de voix. « C’est possible, personne ne peut nier qu’il y a de l’argent qui circule. C’est dans nos traditions de redistribuer de l’argent que l’on a gagné par ailleurs », confie le porte-parole du candidat Wade, Amadou Sall, avant de préciser que « ce n’est pas de l’argent public ».

Le poids des religions

Les autorités musulmanes et chrétiennes n’ont pas donné de consigne de vote. Abdoulaye Wade s’est à plusieurs reprises déplacé dans les grands centres religieux du pays. Mais cela ne s’est pas traduit par un appel clair et précis de la part des religieux en sa faveur.

L’élection en chiffre

5 302 349 Sénégalais sont appelés à voter dimanche dans l’un des 12 555 bureaux de vote répartis au Sénégal et à l’étranger. Au premier tour, seuls 2 735 135 Sénégalais se sont déplacés (soit un taux de participation de 51,58 %). Au total, 34,82 % des électeurs s’étaient exprimés en faveur d’Abdoulaye Wade et 26,57 % avaient choisi Macky Sall.

LAURENT LARCHER

Répondre à cet article

17 Messages de forum