Accueil du site > Actualités > Serigne Bassirou Abdou Khadre : « L’’ère du ’ndigël’ n’est jamais révolue chez (...)

Serigne Bassirou Abdou Khadre : « L’’ère du ’ndigël’ n’est jamais révolue chez le mouride »

mardi 15 mai 2012

Le porte-parole du Khalife général des mourides a accordé une interview au journal Le Populaire. Dans cet entretien Serigne Bassirou Abdou Khadre a apporté des éclaircissements sur le « ndigël » qui a défrayé la chronique durant la campagne électorale.


« C’est une expression que les gens utilisent depuis l’élection présidentielle, mais il faut qu’ils se détrompent. Certains fils de Serigne Touba, durant leur règne à la tête de la Communauté mouride, avaient reçu dans leur mission des instructions du fondateur du mouridisme de se prononcer sur des questions politiques et même de choisir des candidats à soutenir pour le bien-être des Sénégalais. C’était le cas de Serigne Abdou Ahad, Serigne Fallilou, etc. Sous le règne de Serigne Saliou, il n’y a jamais eu de « Ndigël », il disait qu’il n’a rien à faire ou à défaire en politique. C’est l’instruction qu’il avait reçue de Serigne Touba. Et il nous disait : « cela ne signifie pas que je n’ai pas d’avis sur les questions politiques. Mais, le jour où j’aurai l’autorisation d’en parler, je le ferai ». Toute sa vie durant, il n’a pas reçu cette autorisation. Donc, il ne s’est jamais prononcé sur des questions politiques. L’actuel Khalife n’a pas encore reçu cette instruction de s’exprimer en politique. Et comme je l’ai dit lors du Magal, le jour où Serigne Sidy Mokhtar recevra un « ndigël » du fondateur du mouridisme de s’exprimer sur une question politique ou de se prononcer en faveur d’un candidat, il le fera sans aucune pression. Pour vous dire que l’ère du « ndigël » n’est jamais révolue chez le mouride » précise le porte-parole du Khalife général des mourides.

Répondre à cet article