Accueil du site > Politique > Talla Sylla : « Aujourd’hui plus que jamais, les effets pervers de la (...)

Talla Sylla : « Aujourd’hui plus que jamais, les effets pervers de la majorité mécanique guettent nos institutions »

mardi 12 juin 2012

La campagne pour les législatives du 1er juillet prochain n’a démarré que depuis dimanche et déjà la guerre des idées fait rage. Le leader de Walu Askanu Sénégal (WA Sénégal), Talla Sylla, a commencé, hier, par attirer l’attention des Sénégalais sur la majorité mécanique à l’Assemblée nationale. « J’avais dénoncé un peu trop tôt peut-être, les dérives et les abus de la majorité mécanique » a-t-il rappelé dans un communiqué.


Il ajoute qu’ « aujourd’hui plus que jamais, les effets pervers de la majorité mécanique guettent nos institutions, le parti au pouvoir ayant choisi de solliciter le suffrage des Sénégalais pour le compte également de ses adversaires politiques ». Il a rappelé les conséquences de cette majorité mécanique ressentie le 23 juin. Pour lui, c’est ce jour là que le peuple a s’en est pris à ses députés qui, ont-ils compris, n’étaient pas à l’Assemblée pour le représenter mais à la solde d’un seul homme. Mais estime-t-il, il y a plus grave que la majorité mécanique. Selon M. Sylla, « S’il est une situation pire que la majorité mécanique, c’est celle que nous risquons de vivre si le peuple pense voter pour consolider le pouvoir confié au Président Macky Sall, alors qu’il placera le pouvoir également entre les mains de l’adversaire qui, il n’y a guère, présentait leur nouvel ami comme le candidat de l’étranger, celui des loges ou des homosexuels ». Par conséquent, d’après lui, voter Benno Bokk Yakaar c’est voter contre Macky Sall. Il n’a pas manqué d’avertir le chef de l’Etat sur son implication dans la campagne électorale. « La participation du président de la République, fut-elle allusive, aux élections législatives pour le compte d’un groupe de Sénégalais au détriment d’autres qui ne le considèrent pas moins président de la République que ses alliés, serait une grave entorse à l’exercice de l’orthodoxie démocratique à laquelle nous sommes censés consacrer nos efforts » a-t-il indiqué.

Répondre à cet article