Accueil du site > Politique > Un nouveau Président pour le Sénégal Macky ou Wade, ce sera pareil

Un nouveau Président pour le Sénégal Macky ou Wade, ce sera pareil

mercredi 7 mars 2012

Pour beaucoup, le deuxième tour était un virage nécessaire et voilà que le temps leur donne raison. Devant une si forte abstention du vote sénégalais, il ne s’agit plus de savoir qui a la côte ou ce que veut l’électeur, mais plutôt, essayer de résoudre les nombreuses difficultés qui jalonnent sa vie de tous les jours.


Et, dans cette perspective, n’importe lequel des deux candidats en lice devrait faire l’affaire car, celui qui nous dirigera, désormais, devra servir et prendre en compte le poids des alliances qui se sont tissées, même parfois, contre nature. C’est une exigence du temps. On aura un président « fonctionnel » ou pas. Plus personne ne pourra jouer à l’excentrique car, minoritaires que sont Wade et Macky, il ne pourrait plus s’agir d’avoir la main mise totale sur l’exécutif. C’est la majorité parlementaire qui se dégagera aux prochaines locales qui devrait régner, avec un Premier Ministre à la tête du gouvernement, choisi. En d’autres termes, le vrai débat, ce n’est pas maintenant. Il se posera dans un avenir proche, immédiatement après le 25 mars. Entre les deux tours, beaucoup de discussions gravitent encore autour de l’accessoire, alors que les enjeux sont ailleurs. Si Macky Sall gagne l’élection, peu ou prou, il sera obligé de faire avec un régime parlementaire, semi-présidentiel ou présidentiel, mais qui s’adossera sur les conclusions des Assises Nationales, conformément à son engagement vis-à-vis de ses partenaires coalisés qui en ont fait une priorité. Mais, si Abdoulaye Wade remporte le scrutin, ce sera fini de sa gestion trop clientéliste qui lui vaut, aujourd’hui, tant de déboires. Dès lors, c’est le sénégalais qui sortira, prochainement, vainqueur des urnes, et un prochain président de la République ne serait qu’un premier serviteur obligé. A défaut, il lui sera demandé de plier bagages bien avant l’heure et le 23 juin dernier est là pour en attester.

CHEIKH BA

Répondre à cet article