Accueil du site > Économie > Vers une diminution de l’ampleur des travaux sur le réseau

SENELEC - COUPURE D’ELECTRICITE

Vers une diminution de l’ampleur des travaux sur le réseau

vendredi 16 mars 2012

La Société nationale d’électricité (SENELEC) a décidé de « diminuer » l’ampleur des travaux qu’elle mène dans le cadre de son plan d’urgence de distribution destiné à la remise à niveau de son réseau afin d’atténuer les désagréments que cela entraîne pour les usagers, annonce un communiqué conjoint. Le texte explique que les travaux en cours à Dakar dans le cadre de ce plan « nécessitent un arrêt provisoire de la fourniture électrique, le temps d’effectuer des travaux de creusement et de raccordement avec les équipements neufs que la SENELEC a acquis ».


« Toutefois, souligne la même source, pour éviter des désagréments aux habitants des quartiers concernés, la SENELEC a décidé de diminuer l’ampleur de ces travaux ». Selon le communiqué, le plan d’urgence de distribution, « d’un coût de plus de 5 milliards CFA, a constitué un volet complémentaire destiné à rénover une partie du réseau de Dakar et de sa banlieue qui date d’avant l’indépendance ».

« L’intérêt de ce programme, précise la même source, est essentiellement d’améliorer la capacité de desserte et de sécuriser la distribution de l’énergie électrique à Dakar. » Le texte souligne que « le plan Takkal soutenu par les partenaires au développement du Sénégal qui ont accepté, en moins de trois mois, de mobiliser plus de 90% du financement requis a permis de mettre fin aux délestages que notre pays a connus depuis bientôt deux décennies ».

« Depuis sa mise en œuvre, souligne le texte, le Sénégal dispose d’une marge confortable de production qui a permis d’arrêter certaines centrales et d’engager un vaste programme de réhabilitation dont l’objectif est de récupérer à terme 70 MW ».

Au cours de cette année, des capacités intermédiaires de production ont été déployées. « Ce déploiement concerne l’extension des centrales de Bel Air et Kahone (68 MW), l’extension des centrales de Boutoute (Ziguinchor) (10 MW) et de Tambacounda (6 MW), l’achat d’unités mobiles conteneurisées (70 MW) et l’acquisition de 2 barges (de 70 MW chacune) », précise le texte.

Répondre à cet article

12 Messages de forum