Accueil du site > Sports > [ Video - Préparatifs ] BALLA GAYE 2-YAKHYA DIOP YEKINI : Le face-à-face de (...)

[ Video - Préparatifs ] BALLA GAYE 2-YAKHYA DIOP YEKINI : Le face-à-face de la dernière chance ce soir à la Rts

mercredi 18 avril 2012


Après deux face-à-face avortés, au stade de Thiès et dans un hôtel de la place, Yakhya Diop Yékini, chef de file de l’écurie Ndakaru, et Balla Gaye 2 vont faire, ce soir à la Rts, une ultime tentative avant leur confrontation de dimanche. Les deux adversaires vont faire face à la presse, afin de respecter les termes du contrat qui les lient au promoteur Luc Nicolaï. En cas d’incident, le combat risque d’être annulé, selon le président du Cng, Alioune Sarr. Le troisième face à face entre Balla Gaye 2, le lion de Guédiawaye, et Yakhya Diop Yékini, l’actuel roi des arènes, ce soir sur le plateau de la Rts, sera-t-il le bon ? Après un premier échec à Thiès et les malheureux incidents lors de leur deuxième face-à-face annoncé dans un hôtel de la place, le promoteur, les membres du Cng et les différents acteurs de ce combat ont pris de nouvelles dispositions pour sauver l’événement, prévu le 22 avril, au stade Demba Diop. D’ailleurs, ils ont tenu une réunion, avant-hier, pour parler des dispositions à prendre lors de ce troisième et dernier rendez-vous. Une ultime tentative qui, en cas d’incident, peut déboucher sur une annulation du combat choc, selon le président du Cng, Alioune Sarr. Les deux adversaires et leurs camps sont donc avertis et aucun dérapage ne sera toléré. Leurs managers ont, d’ailleurs, pris des engagements, avant-hier, pour le respect des nouvelles dispositions prises par le Cng. En fait, Yakhya Diop Yékini et Balla Gaye 2 ne se présenteront qu’avec deux accompagnateurs chacun, soit leur manager et quelqu’un d’autre de leur choix. L’heure exacte de leur arrivée dans les locaux de la Rts a été aussi fixée par le Cng. Moustapha Ndoye et Double Less, les managers respectifs de Yakhya Diop Yékini et du Balla Gaye 2, ont promis de respecter les engagements qu’ils ont signés pour que, cette fois, tout se passe sans incident, ni débordement. A coup sûr, la réussite du grand combat du 22 avril prochain dépendra de ce dernier face-à-face Réactions…

Luc NICOLAÏ, promoteur du combat « Désormais, je vais prendre mes dispositions » « A mon avis, le Cng a pris ses responsabilités. C’est la première fois qu’un événement de Luc Nicolaï se termine par des incidents graves. Il y avait urgence que le Cng s’implique dans ce combat, avec tous les différents acteurs, pour éventuellement éviter à l’avenir toute autre forme de violence. Au niveau de Luc Nicolaï and Co, je peux dire que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement des événements, du 4 avril à Thiès et du 11 avril au Radisson. Là, nous avons convoqué les deux lutteurs par voie d’huissier et une heure bien déterminé leur a été fixée. (…) Il est un peu tôt pour situer les responsabilités, parce que nous sommes à moins d’une semaine de l’événement. Je ne vais pas situer pour l’instant les responsabilités, mais en tant que promoteur, je vais prendre mes dispositions. Des sanctions seront prises à l’endroit du lutteur ou des lutteurs qui ont fauté lors de cette signature de contrat. A coup sûr, il y aura des sanctions pécuniaires. Par ailleurs, nous avons mis tout en œuvre pour que l’événement se passe bien. Certes, Il y a des choses que nous ne maîtrisons pas pour l’instant, mais nous sommes en train de faire notre petite enquête. Nous allons faire notre possible pour la réussite de cet événement. Nous allons continuer aussi à travailler avec le Cng pour qu’à l’avenir ce genre d’incidents ne se répète plus ».

Moustapha DIOP, manager de Ykhya DIOP YEKINI : « Cette décision du Cng est salutaire » « Je salue juste cette décision du Cng de prendre de nouvelles dispositions pour le combat du 22 avril. Ce qui est sûr, c’est qu’à Ndakaru, nous avons le sens de la discipline. Nous faisons les choses dans le respect. Pour ce combat, nous voulons juste remplir notre contrat avec le promoteur sans faire de bruit. Yakhya Diop Yékini est très ponctuel. Il est venu à l’heure, lors du premier face-à-face à Thiès, de même qu’au Radisson. Après les incidents, la presse avait cité les deux camps comme responsables, alors qu’il y avait trois camps. Il y avait trois écuries présentes lors de ce face-à-face, et ce n’était pas normal. Nous étions un contre deux autres camps. Il faut qu’on évite ce genre d’incident à l’avenir, parce que ça ne participe pas au développement de la lutte. Pour ce qui est de la suite des événements, nous allons respecter toutes les nouvelles dispositions prises par le Cng. Nous allons respecter tous les engagements, pour la réussite de ce combat. Le problème, c’est qu’il faut que les organisateurs délimitent chaque camp. Que chacun reste dans son coin, et les choses vont bien se passer. Lors de ce face-à-face de mercredi, seuls les deux lutteurs sont convoqués, avec deux accompagnateurs. Vous ne verrez, s’il plaît à Dieu, aucun dérapage du camp de Yékini. Vous ne verrez ni supporters ni fans club, car c’est un engagement signé au niveau du Cng ».

Double LESS, manager de Balla GAYE 2 : « Il n’y aura plus de dérapage du camp de mon fils » « Avant tout, je présente mes excuses aux acteurs de la lutte pour les incidents survenus lors du dernier face-à-face. Nous avons vécu toutes sortes de grands événements, et pourtant il n’y a jamais eu ce genre de comportements. Il n’y avait pas de sponsors, lors de mon combat contre Mbaye Guèye, au stade Demba Diop, mais le stade était plein à craquer. C’est une leçon et les jeunes lutteurs doivent prendre exemple sur nous, les anciens lutteurs. Le coup est déjà parti, certes, mais il n’est pas encore trop tard pour bien faire. Les erreurs commises sont désormais derrière nous. Il n’y aura plus aucun dérapage du camp de mon fils. Je vais veiller à cela personnellement. Nous allons appliquer tous les engagements pris avec le promoteur Luc Nicolaï et le Cng. Si cela ne dépendait que de moi, ces incidents ne se produiraient jamais. Je demande aux deux camps de se ressaisir, car les responsabilités sont partagées. Un seul camp ne peut pas créer le désordre, ou être acteur d’une bagarre ».

Recueillis par Absa NDONG

entre les deux ténors.

Répondre à cet article