Accueil du site > Économie > les grosses fortunes de Thiès !

les grosses fortunes de Thiès !

lundi 1er septembre 2014

Ces Thiessois sont riches. Ils peuvent mettre Thiès sur les rails de l’émergence.

Zoom sur les grosses fortunes de Thiès !


Abass Jaber, la première fortune de Thiès

[Sans titre]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Abass Jaber, 54 ans, natif du quartier Aiglon, en centre ville, est issu d’une famille libanaise dont le chef de la fratrie Toufic Jaber était spécialisé dans le commerce de tissus. Il a fréquenté, tour à tour, l’école élémentaire Daniel Brothier ensuite le collège Saint Gabriel. Au début des années 80, baccalauréat en poche, Jaber est orienté à la Faculté des Sciences économiques de l’université de Dakar, un cycle universitaire qu’il ne terminera pas. Il revient à Thiès où on le voit souvent circuler avec sa vielle bécane pour gérer de petites affaires. L’esprit de réussir en bandoulière, il émigre en France où il s’active dans le négoce international et crée en 1988 son premier business « Jaber négoce » qui deviendra Advens en 2003 ». Il exporte vers l’Afrique des matières premières agro-alimentaires. En 1998, il crée la société M2A Export pour exporter des produits agro-alimentaires finis. Dans la même année, l’entreprise Jaber’s Négoce est placée parmi les plus belles réussites, classé en 3e position parmi les 177 000 entreprises, pour sa contribution au développement économique. Après cette réussite, il décide d’investir au Sénégal suite à l’appel du Président Wade aux investisseurs nationaux. En 2003, Abbas Jaber entre dans le capital de Transrail avec 5% des actions avant de devenir actionnaire majoritaire de la société des rails (Transrail) en « achetant » les parts de Bara Tall Jls et celles du concessionnaire canadien Canac/Getmar. Ainsi, le patron de l’Ong « Patrons sans frontières » détiendra 95% des actions sur le capital de l’investissement de Transrail. C’est aussi Abass Jaber à qui on doit le rachat de la Sonacos qui deviendra Suneor, spécialisée dans la trituration et le raffinage de l’arachide et des huiles de table. Avec Advens, devenu le premier investisseur français non-officiel au Sénégal et parmi les premiers de la sous-région, le Libano-thiessois a fini de trôner à la tête d’un empire financier. Aujourd’hui, Abbas Jaber est la première fortune de Thiès. Malheureusement, l’expérience qu’il a tentée dans sa ville natale ne lui a pas encore souri. L’investissement de Jaber à Transrail est une goutte d’eau de son immense fortune.

Baba Diaw »Itoc », le milliardaire anonyme

[baba diaw]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Baba Diaw est aussi riche à milliards. La fortune de ce Crésus Thiesseois est estimée à plus de 200 milliards CFA. Mais les Thiesseois ne le connaissent pour la plupart que de nom. On ne l’aperçoit nulle part à Thiès. Et les Thiesseois, très éprouvés par les difficultés de la vie, ne sentent pas aussi ses milliards. Diaw est le directeur général d’Itoc Sa (International Trading Oil and Commodities Corporation), créée en 1987. Son entreprise Itoc SA est une société multinationale spécialisée dans le négoce du pétrole, du gaz butane et du fuel. Baba Diaw Itoc est connu dans le monde des affaires de l’Energie. Ce natif de Thiès est membre fondateur d’Oryx. Sa nomination comme conseiller spécial du Président de la République avait été mal vu par l’opinion du fait des collusions d’intérêts entendu qu’il est un fournisseur de la Société africaine de raffinage (Sar). Ce milliardaire peut aussi sensiblement participer par des investissements à l’émergence économique de la ville. Pour le moment, il se signale par de petites actions comme les appuis ponctuels à une mosquée, à un daara etc… mais encore rien d’économiquement viable de sa part pour Thiès.

Bara Tall Jls, le magnat du bâtiment [bara tall]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Bara Tall, natif du quartier Takhikao, n’est pas né avec une cuillère à la bouche. Il a fait toutes ses études à Thiès, d’abord à l’école élémentaire de son quartier, aujourd’hui, en état de dégradation très avancée, ensuite au lycée Malick Sy et enfin à l’école polytechnique. Homme discret et effacé, Bara Tall est peint comme un homme intègre. Très persévèrent dans le travail, de simple employé à Jean Lefebvre, il en est devenu le Directeur général. Même si Bara Tall fait beaucoup dans le social peut-être en raison de son cahier de charges liées à la prise en charge sociétale de son entreprise, on ne lui connait pas, aujourd’hui, à Thiès le plus petit investissement qui puisse permettre aux jeunes d’avoir des emplois. Après ses déboires avec le régime de Me Wade, Bara a retrouvé le bout du tunnel avec cette seconde alternance en reprenant ses activités au Sénégal qu’il avait quitté pour la Gambie. Il initie de timides actions comme la réfection de la clôture du cimetière de son quartier. Sa structure politique « Yamalé » est en léthargie, presque morte. Aujourd’hui, Bara Tall a les capacités financières nécessaires pour investir dans la ville et participer fortement au développement économique de son terroir. Malheureusement, les Thiesseois ne sentent pas économiquement son apport dans la ville.

Mbaye Guèye EMG, un self made man [Mbaye Gueye]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Babacar Guèye alias Mbaye Guèye est né dans la ville de Thiès, dans la grande banlieue Nord, au quartier de Médina Fall. L’homme s’est fait tout seul et a trimé dur pour voir le bout du tunnel. Le mécanicien Thiesseois qui aime relever les défis s’est lancé très tôt dans la vente de pièces détachées. L’ambition en bandoulière et voyant toujours grand, Mbaye Guèye décide de s’installer à Dakar. Il se spécialise dans la vente de pièces détachées de véhicules de luxe comme Mercedes. « Je n’ai pas pris l’ascenseur pour réussir, je suis passé par les escaliers pas à pas, marche après marche », aime à rappeler Mbaye Guèye. En 1979, au Crédit Foncier, près de la Carrosserie Blaise Diagne, l’entrepreneur monte un business « Etablissement Mbaye Guèye » spécialisé dans la vente de pièces détachées de véhicules automobiles qui étaient pour l’essentiel de marque Mercédès. Il se fait des partenaires Allemands et bénéficie d’une bourse. Mbaye Guèye bénéficie d’une formation solide. De retour au Sénégal, il ouvre une nouvelle ère de l’automobile. Il devient le représentant de plusieurs marques de véhicules comme Mercédès au Sénégal. La trajectoire de l’entrepreneur Thiesseois prend une ascension fulgurante. EMG connait une nouvelle mutation pour devenir « Equipement made in Germany ». Voyant encore plus grand, Mbaye Guèye initie Eminence Motors Guaranty (EMG). L’entrepreneur Thiesseois est devenu aujourd’hui l’un des plus grands concessionnaires de marque de véhicules de prestige. Mbaye Guèye fait aussi beaucoup dans le social. C’est seulement cette année qu’il a commencé à investir à Thiès avec la relance des activités de l’industrie automobile Sen Iran auto en difficulté. La ville attend beaucoup de lui.

Abdoulaye Mady Ndiaye, le génie de l’aviation civile [abl ndiaye]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Abdoulaye Mady Ndiaye est né en 1966 à Thiès, au quartier Aiglon. Elève brillant, il se distingue au concours général sous le régime socialiste et accumule les prix. Après l’obtention du baccalauréat, il obtient une bourse et intègre l’école nationale de l’aviation civile (Enac) de Toulouse en France. Aujourd’hui, Abdoulaye Ndiaye a fini de convaincre par ses compétences le monde de l’aviation civile. Cet ingénieur Thiesseois spécialisé dans les techniques aéronautiques est finalement devenu le maître de l’aviation civile en Europe, un secteur qu’il maîtrise parfaitement. Secrétaire général et gérant de l’organisation européenne pour l’équipement de l’avion civile (Eurocae), il est le premier noir à accéder à ce poste aussi prestigieux et stratégique. Invité du roi d’Arabie pour dérouler des programmes aéronautiques, que ne fut la surprise du Saoudien de voir en face de lui, un noir se présenter à lui au moment où il s’attendait de voir un homme blanc. Ce Thiesseois porte sur ses épaules le destin de l’aviation civile en Europe. Abdoulaye Mady Ndiaye est spécialisé dans l’aéronautique, la gestion de grands comptes, la gestion de grand programme, la gestion de trafic aérien, l’ingénierie logiciel, la navigation aérienne, la surveillance aérienne, les drones, l’air mobilité et le transport stratégique, l’avionique, le business développement, la certification et l’homologation, le cockpit, le coorporate finance, la gouvernance entres autres. Riche jusqu’au bout des ongles, Abdoulaye Ndiaye est propriétaire de plusieurs immeubles en France mis à la disposition des africains à moindre coût pour les aider. Cet ingénieur, toujours entre les avions pour dérouler des programmes dans le secteur de l’aviation civile, n’est pas connu à Thiès. Récemment en visite dans la cité du rail, ce Thiesseois a annoncé sa volonté d’investir dans sa ville. Dans un premier temps, il compte créer une école aéronautique, spécialisée dans la formation d’ingénieurs en aviation civile.

Momar Nguer, l’Africain de Total [MNguer]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Momar Nguer, 55 ans, né à Thiès, dans le populeux quartier de Médina Fall, est la troisième personnalité de Total France où il est entré en 1984. C’est le directeur marketing et distribution pour l’Afrique et le Moyen-Orient. Il gère 4 400 stations-service dont 3500 sont en Afrique. 7 400 salariés sont sous son autorité. Il occupe, dans le célèbre quartier des affaires de Paris-la Défense, un bureau au sixième étage de la tour Michelet, plus haute que n’importe quel immeuble à Dakar. Ce Thiesseois a de grandes ambitions pour le continent noir mais pas encore pour sa ville natale. Il veut par exemple apporter la lumière à 3 millions d’Africains dans les zones rurales d’ici à 2020. Mor Nguer qui ne vient au Sénégal que pour de petits séjours est même inconnu dans son quartier. Cet homme influent, très riche avec son carnet d’adresses fourni peut participer largement au développement de Thiès par des investissements propres et en y orientant des investisseurs étrangers. Malgré sa richesse, on ne lui connait pas à Thiès le plus petit grain de sable ou la plus petite goutte de carburant.

Les frères Attal [attal]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Les frères Attal sont aussi très fortunés. Jacob et David Attal, fils de Joseph Attal, ont fait leur cursus scolaire à l’école Daniel Brothier ensuite au collège Saint Gabriel. Ils contrôlent une brasserie spécialisée dans la fabrication et la mise en bouteilles du vin et des spiritueux. Ils sont aussi dans le transport. Toutefois, ils ont l’ambition de diversifier leurs activités en investissant dans l’agro-alimentaire. Ces libano-Thiesseois font aussi beaucoup dans le social. Les Thiesseois attendent beaucoup plus d’eux en termes d’investissement pour promouvoir plus d’emplois.

La communauté libanaise de Thiès joue aussi un rôle prépondérant dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration

Madeleine Diagne NMA, la première fortune féminine de Thiès

[Madnd]url:http://thiesinfo.com/wp-content/upl... Madeleine Diagne Ndiaye est la première fortune féminine de la ville de Thiès. Représente de Nma Sanders du milliardaire Ahmed Amar, Madeleine Diagne, épouse du Pca du Fongip, Dr Pape Amadou Ndiaye, trône comme leader dans le secteur de la vente de la farine, des aliments de bétails et de volailles. Cette native du quartier Carrière est une femme très effacée et discrète. Elle peut aussi participer largement à l’essor économique de la ville avec l’appui de ses partenaires comme Ahmed Amar pour des investissements d’envergure à Thiès. Très généreuse, elle aide beaucoup sans bruit, en douceur.

Les frères Diéye Transport

Coly Diéye et Cheikh Diéye sont deux frères qui ont réussi à fructifier le business familial. Ils évoluent dans le secteur du Transport « Transport Diéye » et convoient vers l’intérieur du pays une partie importante du carburant du Groupe Total. Ils sont aussi dans le transport de produits industriel dans les réserves minières de Thiès.

La liste des grosses fortunes à Thiès est loin d’être exhaustive. Ces gens sont assis sur leur fortune alors qu’ils peuvent davantage investir dans la ville pour la tirer de sa misère chronique entendu que la pauvreté a atteint un large seuil dans les foyers Thiessois.

Aujourd’hui, pour s’en sortir et aider leurs pauvres parents, les garçons s’activent essentiellement dans la vente de café Touba ou sont des conducteurs de moto-taxis Jakarta tandis que les filles plongent de plus en plus dans la prostitution clandestine.

Des politiciens riches, il y en a à la pelle à Thiès, riches comme Crésus. Toutefois, nous ne parlerons pas d’eux en raison de l’origine de leur fortune très controversée.

OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE

Répondre à cet article

269 Messages de forum